Baptiste Brunello

Baptiste Brunello commence à naître dans le Haut Jura, au début des années 80... d’un père gardien de stade et d’une mère caissière de supermarché.

 

Une curiosité relative aux arts plastiques, doublée d’un goût marqué pour les lettres, les filles et un certain courant de la musique le pousseront, très tôt, à l’échec scolaire. Pourtant détenteur du carnet liaison et de la carte de cantine, dès 1992, il se consacre entièrement au gribouillage dans la marge, à la chanson réaliste et au Rap.

 

À Saint-Claude, le rugby est une religion. En piètre sportif, il n’y jouira d’aucune reconnaissance. La rudesse du climat, celle des esprits comme la situation particulière de la petite cité pipière (ville ceinturée par une suite ininterrompue de barrières naturelles) nourriront largement son besoin d’exil, et d’indépendance. Incapable d’approcher le niveau scolaire requis pour entrer au Lycée, il s’oriente seul vers un Brevet d’Études Professionnelles de couturier-tailleur, avant d’envisager une spécialisation dans le costume de scène, à Dole. 

 

Lassé de produire, à l’affilée, des babouches pour les 80 pieds des 40 voleurs, il abandonne pour un temps le projet d’être costumier… À l’été 2000, il quitte la Franche Comté pour

s’installer dans le sud de la France. Il y travaillera comme aide-ébéniste, et poursuivra parallèlement des travaux plastiques et d’écriture qui lui offriront d’intégrer l’École des Beaux-arts de Nîmes. 

 

 Tour à tour auteur, vidéaste, organisateur d’expositions, assistant de réalisateur, chansonnier, performeur et plasticien, il s’installe à Bruxelles en 2011où il crée, avec un dépressif et une amie, un lieu de curiosité, Le Lycaon, principalement dédié aux plasticiens outsiders et aux formes vivantes incongrues.

 

Depuis septembre 2014, il vit en France, dans le Jura, où il se consacre, tant que permis, à ses activités artistiques.



avec Spéléographies,

Azimut #4, 2019

Labo, 2018

 

liens externes,

Site

Facebook

Bandcamp